Vous avez 63 résultats de recherche :
GRENOBLE, T4 avec 2 grands balcons + cave

Grenoble, Résidence Lesdiguières, Grand T4 de 108 m2 traversant avec 2 balcons terrasses de 12 m2, vue dégagée et panoramiques sur Belledonne et le Vercors. Appartement bien agencé avec un espace...

107m²
160 000 €
Image geoloc
Poisat, maison de 100 m2 sur 330 m2 de terrain

Poisat, maison de 100 m2 sur 330 m2 de terrain. Cuisine, séjour, 3 chambres, 2 salles de bains, du potentiel pour cette maison à rénover (huisserie, électricité, cuisine, salle de bains). Bel...

100m²
275 000 €
Image geoloc
MAISON T5 secteur LANCEY

EXCLU MARCHETTI : Maison coup de coeur à Lancey au calme. 102m² habitable sur un terrain bien entretenu de 618m², peu de vis-à-vis. Composée au rdc d'une belle pièce de vie lumineuse de 33m2 avec...

102m²
330 000 €
Image geoloc
VOIRON MAISON RECENTE

Secteur Criel. Maison individuelle récente T10 de 170 m² habitables, sur terrain plat arboré de 800m², piscinable. Maison traversante, au calme d'une impasse, lumineuse très bon état. Vue dégagée....

203m²
436 000 €
Image geoloc
GRENOBLE T7 CENTRE VILLE + TERRASSE

Rare T7 en centre ville. 196m². Appartement traversant haussmannien composé de 4 chambres + bureau, une salle a manger dans la continuité d'un salon, donnant accès à une terrasse dégagée de 70m²....

196m²
589 000 €
Image geoloc
VILLARD BONNOT T4 RECENT + TERRASSE

Exclusivité MARCHETTI. Venez découvrir ce bel appartement T4 à Lancey sur la commune de Villard Bonnot. Coup de cœur assuré pour ce spacieux T4 de 81m² situé au 1er étage sur 2 d'une copropriété de...

81m²
230 000 €
Image geoloc

Les diagnostics Immobiliers

À compter du lundi 1er janvier 2018, les diagnostics électricité et gaz deviennent obligatoires pour tous les propriétaires souhaitant mettre en location leur bien immobilier.
Au 1er juillet 2017, le dispositif prévoyait que tous les bailleurs de logements collectifs dont les installations électricité ou gaz dataient de plus de 15 ans, avec un permis de construire délivré avant le 1er janvier 1975, devaient les présenter avant la mise en location ou lors de chaque renouvellement de bail (la reconduction tacite du contrat de location n’entraîne pas la réalisation de ces diagnostics). Désormais obligatoires pour l’ensemble des contrats de location, ces diagnostics devront être réalisés, aussi bien pour une maison que pour appartement si les installations gaz et électricité ont plus de 15 ans. Sachez que dans le cadre d’une vente, ces deux diagnostics immobiliers étaient déjà demandés pour conclure la transaction. Deux nouveaux diagnostics à destination des locataires, pour quels objectifs ? La protection des locataires apparaît comme le principal objectif puisque nombreux sont ceux qui n’ont pas conscience des dangers électriques ou liés au gaz. Attention, ces diagnostics n’ont pas vocation à vérifier que les installations répondent aux normes actuelles mais seulement à détecter d’éventuels dysfonctionnements en termes de sécurité. La réalisation de ces diagnostics permet également au locataire d’être informé sur l’état des installations gaz et électriques. Si ces derniers comportent des anomalies, le propriétaire, pour garantir un logement décent et pouvoir le louer, doit réaliser des travaux de mise en sécurité de ces installations. En effet, selon la loi de 2002, il est interdit de louer un logement « non décent ». La responsabilité pénale du bailleur peut être engagée s’il se décharge de ces travaux et si un accident survient. Il convient par conséquent au propriétaire de ne pas négliger ces éléments. Enfin, il est bon de savoir que la sécurisation du contrat de location passe par la réalisation de l’ensemble des diagnostics obligatoires. L’ESRIS, l’Électricité, le Plomb, le Gaz et le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) doivent être remis dans le Dossier de Diagnostics Techniques (DDT) rendu à la signature du bail locatif. Quels sont les logements concernés ? Au 1er janvier 2018, les maisons et appartements mis en location sur le marché et dotés d’installations âgées de plus de quinze ans devront être soumis à l’expertise d’un diagnostiqueur immobilier certifié pour effectuer les diagnostics électricité et gaz ; que les locations soient vides ou meublées. Diagnostics électricité et gaz, comment sont-ils effectués, quand et par qui ? Ces diagnostics obligatoires doivent impérativement être réalisés en amont de la signature du bail et par un diagnostiqueur certifié. Les diagnostics gaz et électricité ne s’appliquent pas aux parties communes des immeubles collectifs d’habitation. L’état des installations électriques concerne l’installation en aval de l’appareil général de commande et de protection (disjoncteur de branchement), jusqu’aux bornes d’alimentation des matériels fixes (chauffe-eau, radiateur etc.) et jusqu’aux socles des prises électriques. Il porte uniquement sur les constituants visibles de l’installation et ne s’applique pas aux appareils en eux-mêmes (lave-vaisselle, plaques de cuisson, sèche-linge…).

Les diagnostics Immobiliers

Changement au niveau du diagnostic des État des Risques Naturels, Miniers et Technologiques (ERNMT).
Depuis le 1er janvier 2018, suite à l’arrêté du 18 décembre 2017 modifiant l’arrêté du 19 mars 2013, l’ERNMT évolue vers l’information des sols (SIS). Le nouveau formulaire État des risques naturels Miniers et Technologiques, ERNMT, devient Etat de Servitude Risques et Information des Sols, ESRIS. L’étude des servitudes risques et d’information sur les sols (ESRIS, ancien ERNMT) vise à informer l’acquéreur ou le locataire d’un bien immobilier de l’existence des risques auxquels ce bien est exposé : risques naturels (inondations, sismicité…) miniers (effondrements…) et risques technologiques (industriels, chimiques, biologiques…), pollution de sols. Il concerne tout type de biens immobiliers, bâtis ou non, situés dans une zone à risque définie par arrêté préfectoral. De manière résumée l’ESRIS est un ERNMT auquel vient s’ajouter la prise en compte de la pollution des sols. Les ERNMT établis, avant le 1er janvier 2018, restent valables pendant 6 mois depuis leur date de création dans le doute ; le ESRIS s’impose.